Association
Des Furets et Des Hommes




  Accueil
  Généralités
  Santé
  Juridique
 
 Se connecter
 
 

Fiches : Généralités


       Adoption/Achat
        Se procurer un furet
        Le furet américain
        Les animaleries

       Généralités
        La cage
        La chaleur
        La cohabitation
        Le furet albinos
        Les couleurs
        Les glandes anales
        Le langage
        Les morsures
        La propreté
        La reproduction
        La vaccination
        Alimentation

Des Furets et Des Hommes          
(c) - 2003 - 2017          





Les animaleries

De très nombreuses personnes achètent leur furet en animalerie, si elles connaissaient l'envers du décor de beaucoup d' enseignes, elles s'abstiendraient certainement.

  • D'où viennent les furets vendus en animalerie ?

Ils sont souvent originaires de fermes d'élevages concentrationnaires où les femelles sont traitées comme de vulgaires machines à produire des furetons.
Les animaux arrivent principalement des Etats-Unis, de Nouvelle Zélande, de Belgique, des Pays-Bas. Le marché français intéresse peu car il se constitue de petits éleveurs locaux qui respectent les cycles de reproduction des furets (de mars à août environ) et qui ne peuvent donc pas fournir des animaux à cour d'année comme le souhaiteraient les animaliers.

Les cycles des furets étant liés à l'éclairage, ce dernier est utilisé en continu de manière artificielle dans les fermes d'élevage, afin que les animaux se reproduisent toute l'année. Il en résulte des femelles complètement épuisées qui meurent très jeunes et des furetons sujets à des problèmes d'hyperplasie ou de tumeurs puisque l'éclairage artificiel fait secréter en continu les hormones GnRH et FSH, ce qui stimule en continu les surrénales. Sans compter que la consanguinité est très présente au sein de ses établissements. 

Les animaux proposés à la vente sont donc potentiellement sujets à des problèmes de santé directement liées aux conditions d'élevage.

Une fois séparés de leur mère, les petits partent prennent le chemin d'une animalerie. Sur le trajet, certains meurent du fait des mauvaises conditions de transport ou du défaut de soins pendant le voyage, mais cela ne gêne pas les fournisseurs qui font de gros bénéfices avec les animaux arrivés entiers en France et vendus aux animaleries ! L'argent est légion et le bien être des animaux est bien souvent le cadet de leurs soucis.

  • Peut-on avoir confiance dans les certificats vétérinaires remis avec les furets lors d'une vente en animalerie ?

Malheureusement pas toujours ! Notre association reçoit régulièrement des témoignages de personnes ayant acheté des furets sensés être vaccinés contre la rage alors que ceux-ci ne l'avaient jamais été (vérifiable au moyen d'un test sérologique par prise de sang), stérilisés alors qu'ils étaient entiers, ou encore mieux sensés être des femelles alors qu'il s'agissait de mâles. 

D'autre part, le nombre de furets ayant des puces d'identification étrangères avec des numéros n'aboutissant à rien, lorsque l'on fait une recherche sur les fichiers d'identification du pays d'où est sensé provenir l'animal, devient croissant.

Bien souvent ces affaires finissent entre les mains des Directions Départementales des Services Vétérinaires qui découvrent des procédés d'importation et de vente d'animaux plus que douteux.

  • Un furet vendu identifié avec une puce électronique française est-il obligatoirement un furet local ?

Pas forcément. Certains animaux arrivent clandestinement sur le territoire non pucés.

Des intermédiaires les font ensuite pucer avec des transpondeurs français, l'animalier peut alors vous raconter que l'animal est un furet français alors qu'il s'agit d'un furet belge, par exemple.

Demandez dans tous les cas les papiers de l'animal, le pays d'origine doit y être inscrit.

Si l'animalerie vous dit qu'elle ne peut vous fournir les papiers, contactez la DSV de votre département et soumettez lui votre affaire rapidement. Surtout, gardez bien la preuve d'achat de l'animal pour toute réclamation !

  • Quelle différence y a t-il entre un furet français et un furet étranger ?

Les souches des furets étrangers sont souvent bien moins bonnes que celles des furets français, du fait des méthodes d'élevage, voir notre fiche sur le furet « dit américain » : http://www.furets-hommes.com/espace_dedie/debutant/americain.htm

  • Comment sont traités les furets une fois dans les enclos ?

Ils sortent très peu, sont peu manipulés (les vendeurs connaissent généralement mal le comportement des furets et ont peur des morsures) alors que cela est essentiel pour une bonne socialisation et vivent isolés des bruits extérieurs, en raison des vitres qui constituent les enclos. 

Ils sont la plupart du temps placés sur des copeaux alors que ceux-ci peuvent créer des affections respiratoires et des problèmes cutanés, et sont souvent nourris avec des croquettes mal adaptées.

Il n'est pas étonnant avec pareille situation de se retrouver face à des individus très mordeurs au moment de l'acquisition !

  • Que deviennent les furets invendus ?

Certains sont cédés à des animaleries de second marché, d'autres sont vendus à des laboratoires pour la vivisection, d'autres sont repris par les fournisseurs et euthanasiés. 

Certaines fermes d'élevage donnent même les carcasses des furets tués aux furets de l'élevage en guise de repas. L'horreur est alors à son comble !

  • Toutes les animaleries fonctionnent-elles comme décrit dans cette fiche ?

NON, pas toutes, il existe des établissements sérieux qui travaillent dans le respect de l'animal, mais ils restent beaucoup trop rares malheureusement !

N'oublions pas qu'une animalerie a avant tout un but lucratif et que sachant cela, souvent tous les coups sont permis.

Les patrons de ces établissements sont prêts à faire venir des furets de l'étranger si ceux-ci sont proposés dans des variétés de couleurs plus larges que nos furets locaux, si ceux-ci peuvent être fournis toute l'année et si ceux-ci leur sont vendus à des prix défiants toute concurrence. 

Les conditions dans lesquelles les animaux ont été élevés ou transportés passent alors au second plan.

  • N'y a t-il pas des lois destinées à protéger les animaux de certaines pratiques des animaleries et des filières d'importations ?

Il y en a oui, mais comme toutes lois, les lois sur la protection animale sont souvent contournées par des personnes peu scrupuleuses.

  • Que faire alors si l'on souhaite adopter un furet ?

BOYCOTTER les animaleries au profit d'éleveurs locaux ou de particuliers qui proposent leurs portées.

Vous aurez alors une traçabilité de l'animal et pourrez être sur des bons soins prodigués, en vous rendant sur place pour voir évoluer les petits avant de les adopter.

N'oubliez pas les refuges qui proposent régulièrement des furets à adopter. Ceux-ci sont souvent adultes, mais ont tout autant d'amour à donner et à recevoir qu'un fureton.

Ils ont également l'avantage d'être souvent déjà éduqués, ce qui peut être un point positif pour un novice !

Attention : boycotter la vente de furets issus de fermes d'élevage, c'est aussi boycotter les produits dérivés de ces établissements et notamment tous produits estampillés Marshall .

Lisez donc bien les étiquettes lorsque vous achetez un produit pour votre animal, et ayez toujours à l'esprit qu'acheter un produit ayant la griffe d'une ferme d'élevage ne contribue qu'à cautionner tout ce que nous venons de dénoncer plus haut, et qui fait tant de tort à la cause animale.

  • Une note d'espoir ?

Les représentants locaux de DFDH agissent sur le terrain pour sensibiliser les animaliers à la cause des furets. 

Beaucoup ne les écoutent pas, mais certains sont sensibles à leur discours et on a pu constater des améliorations notables au sein de certains établissements.

Les campagnes de sensibilisation se font notamment grâce à la diffusion massive de documents d'information édités grâce aux cotisations de nos adhérents.

Si vous voulez soutenir notre cause, n'hésitez pas ! Rendez-vous ici :
Des Furets et Des Hommes

 Nous contacter